martes, julio 20, 2004

-Tu veux parler de Laura, dit Olivier. Tu l'aimes toujours autant?
-Non, dit Bernard; mais toujours plus. Je sais que c'est le propre de l'amour, de ne pouvoir demeurer le même; d'être forcé de croître, sous peine de diminuer; et que c'est là ce qui le distingue de l'amitié.
-Elle aussi, pourtant peut s'affaiblir, dit Olivier tristement.
-Je crois que l'amitié n'a pas de si grandes marges.
 
[le faux monnayeurs · andré gide]

0 Comments:

Publicar un comentario

Links to this post:

Crear un enlace

<< Home